Religion et Laïcité- 8 Novembre Hotel Ruby Foo’s , Montreal

J’ai été impliqué dans l’organisation d’un colloque important portant sur le rôle de la foi et de la religion dans la société samedi passé le 8 Novembre. Les participants étaient d’envergure et le sujet éminemment important pour l’avancement de notre société. Je vous invite à faire des commentaires et continuer la discussion.

Pierre Beauregard

https://plus.google.com/photos/111834293856430249521/albums/6080291439484056033?authkey=CPaa4oKWmZCzjwE

La question religieuse dans un État laïque :

la religion doit-elle être écartée de la vie publique ?

par Marc Laurin

Le samedi 8 novembre à Montréal la Fédération pour la paix universelle (FPU) tenait le colloque La question religieuse dans un État laïque : la religion doit-elle être écartée de la vie publique ? M. Archie Martin de la nation Mik’maq a accueilli les soixante participants à la manière des Premières Nations, affirmant que « les autochtones ont toujours recherché la paix ». Puis, après une introduction de la FPU par M. Franco Famularo, secrétaire-général de la FPU au Canada, M. Alan DeSousa exprima sa fierté de compter la FPU dans l’arrondissement dont il est maire. Selon lui les religions doivent se parler afin de créer une meilleure communauté, car les valeurs universelles se trouvent dans toutes les religions.

La réflexion sur le thème  Laïcité et religion : cohabitation possible ? a été abordée par David Koussens (titulaire de la Chaire de recherche sur les religions en modernité avancée de l’Université de Sherbrooke), Martin Bellerose (théologien), Jonathan Guilbault (éditeur et critique) et Danièle De Lorimier (répondante de services pastoraux). La réponse à la question posée est en général « oui », car tous s’entendent pour dire que la laïcité a été conçue pour assurer la liberté de religion. Cependant ils mettent en garde contre une tendance qui associe la laïcité à un discours antireligieux.

Le thème La religion contribue-t-elle au bien-être de la société ? a été abordé par Anthony Mansour  (Académie des œcuménistes de l’Amérique du Nord), Daniel Picot (Religions pour la paix), Alain Vaillancourt (curé de la Basilique Marie-Reine-du-Monde) et Isabelle Laurin (secrétaire du Conseil des leaders religieux de Montréal-Nord). Ils ont montré le rôle unique que jouent les communautés de foi et les regroupements interreligieux d’abord au plan local en termes de soutien à l’épanouissement des familles,  de lieux d’appartenance, d’intégration des nouveaux arrivants, d’engagement de la jeunesse, etc. ; ensuite au plan international en termes de réseaux de communication, de travail humanitaire, de création de ponts entre les communautés, les pays.

En après-midi, une discussion animée par Guillaume Tremblay (cinéaste) et Solange Lefebvre (titulaire de la Chaire Religion, culture et société à l’Université de Montréal), a suivi la projection du film L’heureux naufrage de M. Tremblay. On a pu constater le défi d’une quête de sens dans un contexte où l’appartenance à une religion n’est pas populaire.

Réal Ménard, ancien député fédéral et maire de l’arrondissement Mercier—Hochelaga-Maisonneuve a par la suite pris la parole et exprimer son grand intérêt pour les discussions sur les thèmes abordés.

Les questions posées ont été explorées de façon très judicieuse à partir des perspectives de chacun des panélistes. Le rôle de la laïcité comme protectrice de la liberté religieuse a été clairement rappelé.

Une analyse des circonstances actuelles de l’interprétation de la laïcité, des avertissements pour éviter de dévier du rôle premier de la laïcité ainsi que des attitudes à respecter aussi bien du côté des religions que des dirigeants civiques ont été précisé afin de préserver une culture de paix.

The Question of Religion in a Secular State :

Should religion be removed from the public sphere ?

Montreal, November 8, 2014

By Marc Laurin

On Saturday, November 8, 2014, Universal Peace Federation (UPF) Canada held a conference in Montreal on the theme : ‘‘The Question of Religion in a Secular State: Should religion be removed from the public sphere?’’ Mr. Archie Martin of the Mi’kmaq nation welcomed the sixty participants in the Aboriginal tradition by affirming that ‘‘aboriginals have always sought peace’’. After an introduction to UPF’s goals and objectives by Mr. Franco Famularo, Secretary-General of UPF Canada, Mr. Alan DeSousa, expressed his pride that UPF is based in the Montreal borough of which he is mayor. Mayor DeSousa posited that religions should communicate with each other in order to create a better community since universal values are to be found in all religions.

Reflections on the theme of the first panel ‘‘Secularism and religion: Is co-existence possible?’’ were provided by Dr. David Koussens, Chair of research on religion and advanced modernity at the University of Sherbrooke, Dr. Martin Bellerose (theologian),  Jonathan Guilbault, (journalist, critic and editor) and Ms. Danièle De Lorimier, (director of pastoral services with the Catholic Church). The general response was in the affirmative as all panelists agreed that secularism was originally conceived in order to assure religious liberty, however, the speakers provided a warning that there is a tendency to associate secularism with an anti-religious bias.

The theme of the second panel, ‘Does religion contribute to society’s well being?” was addressed by Anthony Mansour of the academy of ecumenists in North America, Daniel Picot of “Religions for Peace”, Father Alain Vallancourt, priest at the Mary Queen of the World Basilica in Montreal and Mrs. Isabelle Laurin, secretary of the Council of Religious Leaders of Montreal-Nord. They each demonstrated the unique role that faith communities play on the local level and how inter-religious groupings can support family development, a sense of belonging, the integration of new immigrants and youth involvement for example. Also, at the broader international level, religion facilitates communication networks, humanitarian works and the building of bridges between communities and countries.

The afternoon included a discussion guided by Guillaume Tremblay (film producer) and Dr. Solange Lefebvre (Chair of the Religion, Culture and Society Department of the University of Montreal) that followed the presentation of the documentry film ‘‘Happy Shipwreck’’ produced by Mr. Tremblay. All noted the challenge of the quest for meaning within a context where being part of a religious tradition is not popular.

Hon. M. Réal Ménard, former member of federal parliament and current borough mayor of Mercier—Hochelaga-Maisonneuve provided concluding remarks and expressed his strong interest in the themes addressed.

The conference theme was explored in a judicious manner through the perspectives of each panelist. All were clearly reminded that secularism was originally conceived as a form of protection for religious liberty.  An analysis of current circumstances and the interpretation of secularism was provided amidst warnings to avoid the pitfalls of deviating from the primary role of secularism and to further develop attitudes that encourage mutual respect for religion and civic leaders were affirmed with a view to preserve a culture of peace.

Advertisements